Gagner en efficacité grâce aux “loi du temps”

temps

La productivité est avant tout une affaire de méthode ! Mises au point par des économistes, des historiens, des ingénieurs ou de médecins, les “lois du temps” le prouvent. Alors, adaptez-les à votre gestion du temps pour être plus performant.

  • La loi des 20/80 de Pareto. Appliquer cette règle revient à vous focaliser sur l’essentiel, en partant du principe que 20% de nos tâches génèrent 80% des résultats. Par conséquent, inutile de vous disperser ! Concentrez-vous sur ce qui est urgent et important, puis urgent et pas important, important et pas urgent et enfin, pas important et pas urgent.
  • La loi des séquences homogènes de travail de Carlson. Réaliser un travail de façon continue prend moins de temps que de le faire en plusieurs fois. Appliquer cette loi revient à éviter d’être interrompu (fermez par conséquent votre porte, enclenchez votre messagerie…).
  • La loi de la dilatation du temps de Parkinson. Plus on a de temps pour faire quelque chose, plus on en prend effectivement, sans que  le résultat soit forcément meilleur. La solution ? imposez-vous des échéances. Le fait de se limiter dans le temps accroît votre productivité de façon significative
  • La loi de l’emmerdement maximal de Murphy. Chaque chose prend toujours plus de temps qu’on ne le prévoyait au départ. Cette loi dite de la “tartine beurrée qui tombe toujours du mauvais côté” recommande donc d’estimer la durée d’une tâche en prévoyant 5% de temps en plus pour pallier les aléas qui ne jamais de survenir.
  • La loi du moindre effort de Laborit. Nous avons tendance à faire en priorité ce qui nous plaît le plus. Donc : éliminez d’abord ce qui vous est pénible. Cette loi vous conseille de vous atteler en priorité aux activités fastidieuses et complexes, afin de libérer votre cerveau pour le reste de la journée. Efficacité garantie !
  • La loi de l’Ecclésiaste : il y a un moment pour tout et un temps pour chaque chose. Cette loi, tirée de la Bible hébraïque, nous incite à définir l’activité spécifique qui convient à chaque moment. Faites une seule chose à la fois, en vous y consacrant totalement, et changez d’activité lorsque cela est nécessaire. Il faut donc accepter de perdre du temps pour en gagner.
  • La loi “des rendements décroissants” d’Illich. Au-delà d’un certain seuil, l’efficacité professionnelle décroît, voire devient négative. Il est donc inutile de forcer son corps ou son esprit : au-delà d’un certain stade, notre productivité diminue irrémédiablement. Plutôt que s’acharner pour terminer une tâche malgré tout, mieux vaux écouter son rythme et d’arrêter pour se reposer ou changer d’activité lorsque l’on en ressent le besoin.
  • La loi de Taylor : l’ordre dans lequel nous effectuons une série de tâches influe directement sur le temps qu’elles prennent. A vous de trouver l’ordre naturel le plus efficace pour exécuter vos tâches : si vous êtes plutôt du matin, vaux mieux vous concentrer sur les travaux plus importants ou compliqués en début de journée, pour laisser les tâches secondaires l’après-midi, moment où la vigilance et la concentration diminuent.